Le défi technique des entretiens en ligne

L’une des activités essentielles au sein du projet WE-Hope est la réalisation d’entretiens avec ceux qui vivent en Europe et ont vécu la guerre et le conflit – il y a longtemps durant la Seconde Guerre mondiale et plus récemment dans d’autres pays. L’objectif est de comprendre des expériences partagées de conflit et comment ensemble, les personnes peuvent retrouver l’espoir de dépasser les traumas et bouleversements de leurs vies.


La pandémie qui fait rage en Europe depuis Mars a rendu cette partie essentielle du projet presque impossible. Les personnes âgées qui ont vécu durant la Seconde Guerre mondiale sont considérés comme très vulnérables en terme d’exposition au virus de la COVID-19. En outre, de nombreux migrants sont également vulnérables à cause de leurs conditions de vie. Par conséquent les entretiens en face à face sont impossibles.


Depuis Mars, le monde s’est familiarisé avec les tchats, réunions et autres visioconférences – pour de nombreuses personnes il s’agit désormais d’un nouveau mode de travail, même après le COVID. Ainsi il s’agit d’un défi supplémentaire pour WE-Hope: les personnes que nous voulons atteindre sont souvent du mauvais côté de la fracture numérique: il s’agit précisément de ceux qui manquent de la technologie, de la connextion et des ressources nécessaires pour travailler facilement en ligne.



Comment avons-nous répondu à ce défi? Deux initiatives sont importantes. D’abord nous avons élargi le champs des entretiens pour devenir encore plus inclusifs. Parmi les personnes souvent négligées sont ceux qui consacrent beaucoup de temps et d’énergie à aider les migrants. Leur travail est essentiel et pourtant souvent elles sont oubliées.


Ensuite, nous avons cherché une plateforme numérique qui soit facile d’accès et qui permette d’obtenir des résultats de qualité pour un projet numérique comme le nôtre. Nous avons examiné de nombreuses plateformes gratuites mais nous nous sommes trouvés confrontés à plusieurs problèmes:

  • La qualité médiocre des vidéos enregistrées;

  • De nombreuses plateformes enregistrent seulement l’animateur, avec seulement quelques échanges parmi les participants;

  • Devoir gérer des entretiens détaillés est une tâche complexe.


Au sein su projet WE-Hope, Memore mène la collecte de témoignages oraux. Nous nous sommes fixés l’objectif d’identifier une solution facile à utiliser pour aider tous les partenaires du projet et faciliter les entretiens pour mener à bien leur mission.


Memoro a identifié une nouvelle start-up qui développe une plateforme qui selon nous aide à régler les problèmes des enregistrements des visioconférences. Cette plateforme s’appelle WELDER et a été choisie car:

- Elle permet d’organiser un entretien aussi facilement qu’une visioconférence;

  • La plateforme enregistre une vidéo par participant (Pour 2 participants il y aura donc 2 vidéos distinctes);

  • La plateforme enregistre la vidéo localement, en utilisant la webcam ou la caméra connectée à l’ordinateur;

  • La vidéo est srockée sur un serveur.


WELDER ne réglera pas tous les défis qui se posent aujourd’hui, mais nous sommes certains que nous sommes désormais en mesure de débuter les entretiens en ligne, en sachant que la qualité correspondra à nos objectifs.


Cet article a été écrit par Lorenzo Fenoglio, Memoro, Banca della Memoria.

Découvrez WELDER.

Photo par Dylan Ferreira via Unsplash.