Frapper à la porte de la vie


La collecte de souvenirs pourrait être considérée comme une sorte de chasse au trésor : parler avec les gens, repérer quelques indices et suivre et approfondir les discussions jusqu'à ce que le souvenir soit révélé. Une chasse au trésor enrichissante que vous ne pouvez entreprendre que si vous êtes correctement équipé.


Vous n'êtes pas un de leurs amis. Vous n'êtes pas un parent.

Vous êtes une personne qui frappe à la porte de la vie d'inconnus à la recherche de quelque chose de très intime et profond, et qui pose une seule et unique question. Une question très simple mais complexe : pouvez-vous partager vos souvenirs avec moi ?


La Banque grecque de souvenirs, fait cela sur une base volontaire depuis quelques années. Elle essaye de trouver un point d'entrée dans les expériences et les histoires des gens pour alimenter notre base de données de souvenirs collectés. Nous pouvons énumérer plusieurs raisons et facteurs importants qui ont motivé cette volonté de s’engager dans un processus aussi délicat : donner aux personnes âgées et socialement exclues un rôle central, rendre leurs expériences de vie non seulement visibles mais aussi un capital partagé pour renforcer l'identité culturelle de nos sociétés.




Tout ce qui précède révèle l'importance de l'histoire orale comme outil pour combler les disparités sociales et culturelles de nos communautés.Mais si nous allons un peu plus loin dans l'expérience individuelle d'un détenteur et d'un collecteur de mémoire, trois mots-clés domineront la discussion : respect, confiance et gratitude.


Respect : si, d'un côté, les détenteurs de mémoire montrent un certain respect pour le travail que nous faisons, en acceptant de partager leurs souvenirs avec nous, de l'autre côté, nous devons vraiment considérer ce moment comme une sorte de cadeau unique pour nous. Nous sommes invités à voyager ensemble parmi les sentiments, les impressions, les émotions et à tirer parti de cette matière fragile, en faisant preuve d'un respect infini pour chacun de ces sentiments, impressions et émotions. Un respect qui suspend tout jugement possible et ne laisse place qu'à une écoute active et empathique.


Confiance : nous ne demandons pas de partager des anecdotes ou des blagues. Recueillir des souvenirs sur les différentes dimensions de l'espoir face à une situation difficile implique une clarté d'intention, une implication transparente et directe et une grande confiance. Nous avons besoin que nos détenteurs de souvenirs aient confiance dans les buts et les objectifs de notre projet, qu'ils aient confiance en nous et dans l'utilisation que nous ferons de leurs souvenirs, et qu'ils aient confiance en nous, individuellement, comme étant ceux qui peuvent les mettre à l'aise dans une discussion bilatérale aussi particulière.


La gratitude pour le processus, pour le temps disponible, pour l'empathie, pour la reconnaissance de la valeur de la vie et pour le renforcement des liens humains à travers un processus d'apprentissage profond et intime.


Ces trois valeurs sont au cœur de notre travail, au cœur d'un processus qui nous aide à tirer parti de chaque souvenir collecté et à nous enrichir, nous et notre base de données partagée en ligne. Un référentiel de vie qui peut profiter à notre société en mettant en évidence la richesse d'une société inclusive.


Cet article a été écrit par la Banque Grecque des Mémoires.


Photo 1: Laura Fuhrman sur Unsplash

Photo 2: Kelly Sikkema sur Unsplash